Yellow Bourbon Bresil

Nouveau produit

Le plus doux des cafés brésilien. Il a beaucoup d'arôme aux notes de miel. D'une faible acidité, il est d'une grande richesse.

Plus de détails

6,00 € TTC

En savoir plus

Histoire au XVIIIe siècle :
C’est seulement en 1727 que le premier caféier fut planté au Brésil ou il a été importé de Guyane Française dans le nord du Brésil par un marin Portugais du nom de Francisco de Mello Palheta qui aurait utilisé ses  charmes pour convaincre une dame en Guyane française de lui donner des échantillons de café, qui ont ensuite été introduits illégalement au Brésil.
Ces graines auraient changé l’histoire du pays. À l’époque, l’économie brésilienne était basée sur la production  de sucre dans les États du Nord-Est, produit du travail des esclaves.
L’esclavage a continué, mais la production s’est déplacée vers les États du sud où la culture du café semblait  mieux adaptée.
La culture du café occupa rapidement une place importante dans l’économie brésilienne.
À la fin du XVIIIe siècle le Brésil bénéficia d’une crise en Haïti - le premier exportateur de café - pour accroître sa production et augmenter ses exportations. A cette époque, le café possédait déjà une valeur commerciale  inestimable. Étant donné le climat favorable aux plantations, sa culture s’étendit rapidement dans d’autres  régions encore non exploitées, comme l’actuel État de Rio de Janeiro.
Le développement de la culture du café était étroitement lié aux disponibilités de la main d’oeuvre, ce qui fut la cause de la déportation de nombreux esclaves. Ultérieurement, après l’abolition de l’esclavage (1888), l’état de São Paulo lança un projet favorisant l’entrée des immigrants européens (beaucoup d’Italiens) afin de travailler  dans les plantations de café.

Plantations :
Les plantations de café couvrent environ 2.9 millions d’hectares du pays. Des quelques six milliards d’arbres, environ 85% produisent de l’arabica et 15% du robusta de type Conillon. Même si 17 des 26 états du Brésil produisent du café, les états de São Paulo , Minas Gerais Espirito Santo, Bahia et Paraná sont les plus grands producteurs en raison de paysages adaptés, d’un climat favorable et d’un sol riche et propice à la culture du  café. La plupart des plantations sont récoltées pendant la saison sèche de Juin à Septembre.
Comme dans d’autres pays producteurs de café, le Brésil a une grande population impliquée dans la culture. Quelques 3,5 millions de personnes sont impliquées, principalement dans les zones rurales, ce qui génère sept millions d’emplois directs et indirects.
Le Brésil est le seul grand producteur de café qui peut être soumis à des gelées et les grandes gelées dévastatrices de 1975 et 1994 avaient grandement entamées la production durant ces 2 années et avaient entraîné de très fortes hausses de prix à travers le monde. Les plantations restent à une altitude assez moyenne jusqu’à environ 800 mètres.

Altitude : de 200 à 800 mètres


Production :
Premier producteur et exportateur mondial depuis 1840, le Brésil fournit actuellement à lui seul le tiers de la production mondiale, avec plus de 3 millions de tonnes produites.
Le Brésil consomme environ 1.2 million de tonne de café (20 ml de sacs) et est en passe de devenir le 1er consommateur mondial devant les États Unis d’Amérique.
Les cafés sont principalement des arabicas nature obtenus par voie sèche et généralement les cafés lavés de haute qualité ne sont que très rarement exportés. La période de cueillette s’étend d’avril à septembre.


Taux de caféine moyen :
Environ 1.15% pour les arabicas

Téléchargement